Home > Campagnes solidaires > n° 366 - novembre 2020
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 366 - novembre 2020
Editorial Sommaire
Dossier
Archives

Dossier

Installation : le million !


Les dossiers sont disponibles en téléchargement trois mois après parution [voir dans la rubrique ARCHIVES]

Nous sommes actuellement  450 000 paysannes et paysans en France. D'ici dix ans, 60 % d'entre nous vont quitter le métier pour partir à la retraite ou se réorienter. L'installation massive est donc une priorité. Mais derrière cette évidence, il convient de se rappeler qu'en plus de la vitalité de nos campagnes, ce sont deux enjeux professionnels majeurs qui se jouent avec le renouvellement des générations.
Le premier est le maintien du tissu que compose l'agriculture, de ses outils, de ses filières. Comment imaginer la survie d'un abattoir à l'échelle d'une région quand il n'y a plus qu'un éleveur ou une éleveuse par commune ? Pas un élevage laitier, même de 1000 vaches, ne peut justifier à lui seul le maintien d'une collecte. Pas un seul maraîcher ne peut espérer construire un approvisionnement régulier de la restauration collective sans le concours de ses collègues voisins. L'existence de chaque paysanne et paysan est conditionnée par le réseau local qu'il ou elle forme avec ses pairs sur leur territoire. Installer, c'est assurer un avenir à tou·tes les paysan·nes déjà en place, et permettre qu'il y en ait demain davantage.
Le second tient au modèle agricole. L'INRAE (1), dans son rapport d'expertise sur les alternatives au glyphosate (2), lie très nettement la fréquence d'utilisation du produit à la taille de l'exploitation. L'observation, sur une problématique très précise, a le mérite de valider ce que nous affirmons depuis longtemps : il est illusoire de prétendre répondre aux enjeux climatiques et environnementaux sans un nombre suffisant de paysan·nes et une taille de ferme permettant d'être réactif dans le travail avec le vivant. L'installation est donc une condition préalable à la construction d'une agriculture capable de répondre aux défis qui se présentent à nous, car elle ne pourra s'opérer qu'avec davantage de bras.
Pour tenter d'amplifier les dynamiques d'installation, nous militons depuis des années pour faire évoluer les règles et les mécanismes d'attribution du foncier, pour répartir plus équitablement les aides Pac, pour stabiliser les prix de nos produits ou valoriser l'image du métier. Ces combats nécessaires, conduits à l'échelle nationale, se prolongeront. Mais dans ce dossier, vous trouverez la démonstration qu'il est possible d'agir à son échelle. Après quelques témoignages révélateurs des nouvelles motivations pouvant conduire à l'agriculture, vous trouverez des initiatives conduites par des collectivités, des paysans et paysannes, des associations, pour faciliter localement le renouvellement des générations et construire une agriculture viable, vivable et heureuse.

Antoine Baron,
paysan en Loire-Atlantique,
responsable de la commission nationale « installation »

(1) Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement
(2) Publié en novembre 2017

NOUS CONTACTER Confédération paysanne des Pyrénées-Orientales
Confédération paysanne des Pyrénées orientales
confederationpaysanne66(at)gmail.com - 06 31 34 84 59